Technologie

Les différentes alternatives au dépoussiérage industriel

Si habituellement, le nettoyage d’une machine se fait, manuellement, l’entreprise d’entretien de locaux propose plusieurs solutions dans leur travail d’assainissement. Le mix traditionnel de détergents et d’eau fait désormais place à d’autres techniques de décontamination si l’on ne citait que le système électrostatique, la vapeur sèche saturée, la cryogénie, l’ozone et les ultrasons.

Le procédé antistatique

Figurant parmi les méthodes les plus innovantes de désinfection, et ce, pour toutes sortes d’outillages, ce système de nettoyage industriel convient, que vous travailliez dans l’imprimerie, la sérigraphie ou que vous soyez un ennoblisseur de textile. Grâce à lui, vous pourrez traiter les matières les plus délicates. En effet, comme le système Statik-air dont le principe de fonctionnement repose sur l’air comprimé, l’ionisation et l’aspiration, le dépoussiérage se fera sans contact mécanique entre le matériel de nettoyage et la surface y afférente.

La vapeur sèche saturée

La deuxième technique utilisée par les industriels est le nettoyage à la vapeur sèche. Chaude de plus de 110 °C, celle-ci fait l’objet d’une compression puis est déversée sur une surface plus froide. Elle acquiert ainsi des propriétés détersives et dissolvantes en causant la disjonction des liaisons physico-chimiques, ce permettant de se défaire des saletés, aussi grosses soient-elles. Bien que l’eau reste l’ingrédient principal, la quantité utilisée, ici, est moindre par rapport à celle employée dans un lavage classique. Il vous faudra, aussi, débourser 15 000 euros minimum pour bénéficier du matériel.

La cryogénie

Respectueuse de la protection de l’environnement, la cryogénie est une des procédures de nettoyage avec zéro dérivé chimique. Soumise à une forte pression d’air, la glace carbonique crée un choc propice au décollement des déchets qui ont été profondément ancrés sur la surface comme les restes de protéines végétales et animales dans le milieu industriel agronomique. Pas besoin de rincer. Le nettoyage ne requiert qu’un traitement unique. Cependant, seules les entreprises de propreté florissantes peuvent se la permettre faute d’un coût élevé.

L’ozone

Si l’eau chlorée a fait parler d’elle un moment, aujourd’hui, la tendance penche pour l’eau ozonée. Effectivement, même après nettoyage manuel au système Elephant, il se peut que des particules microscopiques persistent à se fixer sur un bout de panneau en acier inox. Bannir ces bactéries (salmonelles, champignons, virus, Listeria…) est la raison d’être de cette nouvelle technologie. C’est pourquoi elle est vivement recommandée pour désinfecter les produits agroalimentaires à savoir la pomme ou les carottes ou encore pour un éventuel traitement d’eau en circuit clos.

Les ultrasons

Cette alternative permet de décontaminer les pièces de rechange en profondeur, via ce qu’on appelle par « cavitation ». Les accessoires en métaux sont alors plongés entièrement à l’intérieur d’un liquide de nettoyage assez particulier. L’entreprise de dépoussiérage industriel exercera sur ce dernier une basse pression vibratoire. Fortes et nuancées, ces vibrations seront utilisées dans le décollement des salissures. Selon le type de déchet (copeaux de bois, poussières…), vous aurez à choisir entre une fréquence basse et une fréquence haute. Ces réglages sont indispensables pour une efficacité optimisée. Après le traitement, veillez à bien rincer puis sécher le matériel. Il sera comme neuf.