No 321 2 Av 5774 Mardi 29 Juillet 2014 Parachat Massé
Horaires de Chabbat
  Jérusalem : 19:05-20:21
  Tel Aviv : 19:21-20:23
  Haïfa : 19:13-20:24
  Ashdod : 19:21-20:23
Paris : 21:20-22:37
Marseille : 20:49-21:57
Netanya : 19:25-20:23
Eilat : 19:19-20:15
       sommaire Accueil Hamodia Je m'abonne Annoncer Archives Contactez-nous Prix: France 1 Euro Autre pays : 2 Euro - 5 shekels
Les Juifs de France pris entre deux feux
Depuis l’enlèvement des trois adolescents jusqu’au déclenchement de l’opération terrestre à Gaza, les Juifs de France ont été tenus en haleine par l’actualité israélienne. Abasourdis ...Plus
« Le combat d'Israël doit être notre combat »
L'ancien ministre et actuel député-maire de Nice Christian Estrosi s'est rendu dimanche 20 juillet dans le sud d'Israël pour exprimer son soutien à la population israélienne sous le feu des ...Plus
Argentine : 20e anniversaire de l’attentat de Buenos Aires
...Plus
Deux fois plus de séniors en 2035
...Plus
Importantes découvertes en neurologie
Bookmark and Share
 No 29 février 2012, Société


En réaction à une agression, notre cer-
veau déclenche une chaîne de réac-
tions biochimiques qui provoquent, dans les glandes adrénalines, une libération de cortisol. Cette substance est un véritable régulateur métabolique, qui stimule l’augmentation
du glucose dans le sang, et permet de mobiliser de l’énergie à partir des réserves de l’organisme. Le Dr Gil Levkowitz et son équipe du département de Biologie cellulaire et moléculaire de l’Institut Weissmann ont découvert, dans certains neurones spéciaux situés dans l’hypothalamus, l’existence d’un commutateur capable de commander la production
d’une hormone (appelée «   corticotropine 
» ou CRH), qui une fois libérée, déclenche un signal biochimique qui aboutit à la production de cortisol.
Cette équipe de chercheurs a également constaté qu’une protéine OTP est également impliquée dans les différentes étapes de production de CRH. Cette protéine fonctionne à la manière d’un interrupteur électrique,
tantôt pour libérer du cortisol, tantôt pour demander aux glandes surrénales d’en produire. Conduites sur une espèce aquatique particulière
le poisson-zèbre, qui a la possibilité
de régénérer des parties de son corps en cas de blessure  –  ces recherches expliquent un certain nombre de troubles constatés dans la schizophrénie et la dépression ou liés au stress post-traumatique. Ces importantes
avancées en neurologie ont été confirmées
par d’autres chercheurs, notamment une équipe dirigée par les Pr Alon Chen et Yé’hezkiel Sztainberg. Elles permettront de mieux comprendre l’étiologie de la maladie d’Alzheimer ainsi que certaines pathologies immunologiques.