No 358 15 Iyyar 5775 Lundi 04 Mai 2015 Parachat Emor
Horaires de Chabbat
  Jérusalem : 18:43-19:59
  Tel Aviv : 18:58-20:01
  Haïfa : 18:51-20:02
  Ashdod : 18:59-20:01
Paris : 20:47-22:02
Marseille : 20:19-21:28


       sommaire Accueil Hamodia Je m'abonne Annoncer Archives Contactez-nous Prix: France 1 Euro Autre pays : 2 Euro - 5 shekels
Israël doit-il reconnaître le génocide arménien ?
Entre 1915 et 1923, deux tiers des Arméniens qui vivent alors sur le territoire actuel de la Turquie périssent du fait de déportations, famines et massacres de grande ampleur. On estime à 1,5 ...Plus
L’antisémitisme sur Internet et le combat acharné des institutions juives de France
Après la présentation par le Premier ministre Manuel Valls de son plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, Hamodia a souhaité rendre compte de l’action des institutions ...Plus
Le gouvernement Nétanyaou prend (enfin) forme
À une semaine de la date limite du 7 mai (Lag Baomer) imposée par la loi pour former son gouvernement , \r\nBinyamin Nétanyaou commence à entrevoir le bout de la fin. Il devrait le présenter à ...Plus
Émouvant office francophone devant le Kotel
Il y a dix ans, Sam Kadoch, directeur général du Centre National des Étudiants Francophones est arrivé sur l’esplanade du Kotel le soir de la journée de l’indépendance en compagnie d’un ...Plus
“Bibi - Le réveil du faucon”
Bookmark and Share
 No 29 juin 2011, Livres

Ce portrait biographique, paru en février dernier à Paris aux Éditions Alphée, est la 5e biographie- après celles notamment d’Avi Pazner, de Shimon Pérès et d’Ariel Sharon - publiée par Freddy Eytan. Ancien ambassadeur d’Israël, journaliste et politologue, l’auteur, qui a déjà écrit une quinzaine d’ouvrages, nous donne quelques éclairages sur le « fil conducteur » de ce livre.

Ce portrait biographique, paru en février dernier à Paris aux Éditions Alphée, est la 5e biographie- après celles notamment d’Avi Pazner, de Shimon Pérès et d’Ariel Sharon - publiée par Freddy Eytan. Ancien ambassadeur d’Israël, journaliste et politologue, l’auteur, qui a déjà écrit une quinzaine d’ouvrages, nous donne quelques éclairages sur le « fil conducteur » de ce livre.

- Hamodia : Vous parvenez, dans cet ouvrage, à relever un défi d’écriture assez particulier : celui consistant à rédiger la biographie d’un homme politique en plein exercice du pouvoir et au faîte de sa carrière …

- Freddy Eytan : Il n’est pas toujours aisé pour un journaliste ou un écrivain d’écrire « l’actualité en marche », puisque Bibi est effectivement aux affaires ! Outre le sens critique en alerte permanente du journaliste, il faut pour cela le recul et le regard éloigné de l’historien et du diplomate.
En fait, dans mes autres biographies, j’étais aussi tout à la fois observateur, témoin et souvent acteur. Car ce qui caractérise la plupart de mes ouvrages - qui ne sont ni des livres d’histoire ni de simples récits journalistiques -, c’est qu’il s’agit d’enquêtes approfondies, écrites de manière romancée, et dans un style accessible à tous, mais s’appuyant sur des anecdotes et des détails réels.
Dans ce sens-là, je suis un « conteur du réel » et des réalités de la vie politique israélienne. Voilà pourquoi, avant d’écrire mes biographies, je consulte des psychologues et des psychanalystes qui m’aident à mieux cerner les composantes de la vie familiale et personnelle des gens dont je fais le portrait.

- Tout au long des seize chapitres de cet ouvrage sur Bibi, qui décrivent, depuis son enfance à Jérusalem, sa carrière dans Tsahal et son long séjour aux USA ( où il apprendra la mort de son frère Yoni, tombé pendant l’opération Entebbe ), comment il est entré en politique dès l’âge de 39 ans par la porte de la diplomatie - « comme un météore », dites-vous ! -, vous ne ménagez pas toujours l’actuel Premier ministre …

- Comme tous les politiciens dont j’ai fait le portrait en tentant à chaque fois d’en dresser un profil crédible, Bibi a plusieurs visages et facettes : c’est justement pour cela que je suis assez critique en ce qui concerne les « ombres » de sa carrière, ses échecs, ses « points faibles » et même ses défaillances … Le fait, par exemple, qu’il soit assez manipulateur, craintif à certains égards, et surtout très indécis quand il s’agit de prendre des décisions importantes alors qu’abondent les pressions de toutes parts. Et ce, tout en étant à la fois très intelligent, généreux, combattif et courageux - il l’a prouvé dans Tsahal -, en même temps que fort brillant orateur doté d’un certain charisme, ce que l’on a pu encore constater récemment lors de son magistral discours devant le Congrès américain !

- Vous montrez que, fils d’un brillant historien proche de Jabotinsky , Bibi a du mal à se détacher de ce carcan paternel, tout en souhaitant lui-même écrire un jour sa propre page d’Histoire …

- C’est un fait que, dans le vide politique actuel régnant à droite comme à gauche, Bibi est le seul - malgré ses contradictions - à pouvoir mener Israël vers une certaine paix, grâce à un règlement, qui ne sera que partiel, du conflit avec les Palestiniens. Il possède en effet de nombreux atouts en tant que leader de la droite s’appuyant sur une coalition parlementaire stable. Et tant qu’on ne procèdera pas, dans ce pays, à une réforme d’ampleur du système électoral, seul un homme de droite aura le potentiel d’imposer un compromis historique avec les Palestiniens, voire même aussi avec les Syriens …